Corporate Finance, DeFi, Blockchain, Web3 News
Fintech, DeFi, Blockchain, Web3 Daily News by Finyear

Quels sont les impacts financiers de l’augmentation du coût des énergies pour une entreprise ?

Rédacteurs : Geoffrey Dallo, Senior Partner - Directeur d'unité mc2i et Nicolas Barea, Consultant mc2i.


Ces derniers mois, la France a connu une hausse importante du prix de l’énergie. Cela est dû en partie au conflit entre la Russie et l’Ukraine. En effet, la majeure partie des ressources de gaz proviennent de Russie. Par conséquent, nous avons pu observer une hausse de nos factures d’électricité, de gaz, ou encore de notre carburant. Mais les ménages ne sont pas les seuls à être impactés par la crise.

Les entreprises sont elles aussi en première ligne. Qu’elles utilisent l’énergie dans leur quotidien pour éclairer ou chauffer leurs locaux, ou que ce soit dans leur production directe, les entreprises sont frappées par la crise qui entraîne de nombreux changements économiques auxquels elles doivent faire face.

Les conséquences pour les entreprises

Du fait de la hausse des prix de l’énergie, certaines entreprises sont fortement impactées. En effet, c’est notamment le cas dans le monde de l’industrie, où les entreprises utilisent des ressources énergétiques importantes. Les entreprises non pas toutes les ressources financières nécessaires pour contrer cette hausse des prix et continuer de produire. Ainsi, la production industrielle totale en France devrait baisser de 10% sur le dernier trimestre 2022.

Certaines entreprises, notamment les TPE et PME n’ont pas les mêmes capacités financières que les plus grandes entreprises pour faire face à cette crise et sont forcées de cesser leur activité. Par conséquent, certains de leurs salariés se retrouvent au chômage partiel.

Avant d’arriver à ces choix, les entreprises tentent de mettre en place certaines solutions. Certaines ont décidé d’augmenter le prix de leurs produits et services pour tenter de contrebalancer cette hausse des prix. D’autres tentent de contourner cette crise en changeant leurs méthodes de production. Par exemple, certaines sociétés changent de ressources énergétiques, en utilisant du fioul plutôt que du gaz, qui est moins cher. D’autres produisent pendant les heures creuses bénéficiant d’une électricité un peu moins onéreuse, ce qui leur permet dans une moindre mesure de réduire leurs coûts. Certaines entreprises réduisent également leur consommation d’eau chaude et de chauffage.

Malheureusement, lorsque cela ne suffit pas, les dirigeants cessent leur activité.

Selon un sondage, la hausse des prix de l’énergie est désormais la première source de préoccupation pour 50% des chefs d’entreprise, quand auparavant il s’agissait des besoins en recrutement ou encore des besoins d’approvisionnement en matières premières.

Les petites entreprises sont donc davantage touchées. 86% d’entre elles observent une baisse de leur marge du fait de la hausse des coûts de l’énergie, et 22% d’entre elles ont augmenté leurs prix de vente.

La hausse du prix du carburant entraîne également un impact pour les entreprises. Celles-ci ont dû réduire leur nombre de déplacements. 46% d’entre elles expliquent que cela a eu un effet négatif sur leur chiffre d’affaires. Beaucoup d’entreprises ont également vu leurs dettes augmentées, du fait de nombreux prêts pour parer les conséquences de cette crise.

Les dispositifs d’aide

Face à la hausse des coûts de l'énergie, le gouvernement a mis en place un certain nombre d’aides pour les entreprises.

L’une d’entre elles est l’aide appelée “gaz et électricité”. Elle est attribuée aux entreprises en fonction de certains critères comme le nombre de salariés, le chiffre d’affaires, le secteur d’activité, afin notamment de maintenir les productions nécessitant des ressources en électricité et en gaz importantes.

De plus, pour toutes les entreprises, le gouvernement a instauré une baisse de la fiscalité sur les factures d’électricité. Cela passe notamment par une diminution de la Taxe Intérieure sur la Consommation Finale d’Électricité (TICFE)

Aussi, certaines chartes sont signées avec les fournisseurs d’énergie afin de garantir des tarifs maximaux aux entreprises. Cela concerne surtout les TPE ET PME qui passent par des fournisseurs, les plus grandes entreprises achetant directement leur énergie sur le marché.

Pour exemple, toutes les TPE de moins de 10 salariés avec un chiffre d’affaires de moins de 2 millions d’euros et ayant un compteur électrique d’une puissance inférieure à 36 kVA peuvent également bénéficier du “bouclier tarifaire”, permettant de limiter la hausse des factures d’électricité à 4%.

Par conséquent, les impacts financiers de la hausse des prix de l’énergie pour les entreprises sont nombreux. Certaines entreprises doivent changer leurs stratégies pour tenter de poursuivre tant bien que mal leur activité. D’autres n’y parviennent pas et sont obligées de cesser leur production, entraînant une perte cruciale de chiffre d’affaires.

Les TPE et PME ayant moins de réserves financières sont d’autant plus touchées par cette crise. Leurs dettes augmentent et il devient difficile de faire face.

Certains dispositifs d’aides sont mis en place de la part du gouvernement afin d’aider au mieux les entreprises dans leurs dépenses, mais cela ne suffit pas toujours, d’autant que certains critères d’éligibilité sont mis en place. Toutes les entreprises ne peuvent donc pas en bénéficier.

Cela peut engendrer certaines réflexions sur la dépendance économique de la France sur certaines ressources, ainsi que sur l’utilisation de nouvelles ressources énergétiques.

Mardi 31 Janvier 2023




OFFRES D'EMPLOI


OFFRES DE STAGES


NOMINATIONS


DERNIERES ACTUALITES


POPULAIRES